Client : Agglomération du Grand Narbonne

Chef de projet /photo reportage : Pascal Cote

Demande : rédaction d’articles pour promouvoir l’économie du vent dans la Wind Valley ; créer, fédérer et animer la communauté glisse ; raconter la vie des riders pros et amateurs actifs sur les spots de la Wind Valley ; valoriser les atouts d’un territoire pour qu’il soit la référence pour la glisse et le vent en Europe (windsurf, kitesurf, surf, SUP).

Wind Valley : plus qu’un territoire, un modèle de vivre ensemble

Les jeux sont infinis. Le vent et les vagues sont naturellement gratuites, sans frontière. Chaque spot a ses adeptes, ses codes. La glisse est plurielle. Selon son niveau et son humeur, chacun peut s’éclater. Slalom. Free ride. Vagues. Longue distance. Wind surf. Kite surf. Surf, Stand un paddle quand le vent n’est pas au top… Sur terre, escalade et VVT à la Clape ou paragliding sur les falaises de Leucate… Comprendre l’esprit de la glisse n’est pas si simple. Il se retrouve aussi bien dans le bruit d’une board lancée au planning et d’un Ollie en skateboard que dans le move d’un grimpeur. Mais tous se reconnaissent dans le shaka*.

En 2012, une filière glisse prend naissance. Deux ans plus tard, les riders se fédèrent pour se faire reconnaître, exprimer leurs attentes, leurs différences, leurs craintes… Ces rencontres entre institutions, riders, pêcheurs et écologistes catalysent l’état d’esprit glisse dans un mouvement spontané. Des univers différents se découvrent, dialoguent, apprennent à se connaître, se respecter. Les réseaux sociaux feront naître la communauté Wind Valley, en 2015. Des liens forts se tissent, la communauté Wind Valley prend son envol.

L’avenir de la glisse, et donc son économie, dépendent prioritairement du libre accès pour tous les usagers aux terrains de jeux. La Wind Valley n’est pas un territoire géographique figé, c’est avant tout un état d’esprit à partager. Les riders de l’Aude, de l’Hérault et des Pyrénées orientales, de toute l’Occitanie se retrouvent pour partager une session. D’autres, plus éloignés en Europe, rejoignent la communauté Wind Valley depuis 2015. Tous portent les mêmes valeurs de plaisir, de liberté, d’évasion et de nature préservée.

Le vent est l’adn de la Wind Valley ! La Région l’a compris. L’Occitanie veut être la première Région à énergie positive de France, à l’horizon 2040. Elle mise sur les éoliennes flottantes installées vers Barcarès-Leucate et Gruissan et Port-la-Nouvelle. Une ferme éolienne qui pourra fournir de l’électricité à une ville de la taille de Narbonne ! Mais l’économie du vent exige une démarche éco-exemplaire et la prise en compte des intérêts mutuels.

La Wind Valley peut devenir un modèle économique et écologique porté par une gouvernance agile. Pour faire, entreprendre et innover ensemble en mutualisant les moyens matériels et promouvoir l’intelligence collective. Pour éviter les visions mégalos et les errances urbanistiques qui dénaturent l’environnement. La Wind Valley doit favoriser également l’épanouissement social et culturel. Il peut faire du vivre ensemble un modèle de société créateur de sens. La glisse est avant tout un art de vivre. Sa dimension fun facilite le partage et le brassage des différences. Le skatepark de Narbonne, depuis 2014, ainsi que le Coursan Pumptrack, ouvert en février 2019, le confirment. Les jeunes de Coursan, Salles-d’Aude, Fleury, Narbonne et Perpignan ont pris d’assaut les pistes. BMX, roller, skate, trottinette, VTT… tous les sports de glisse urbaine se côtoient et partagent l’espace. Peu importent les origines, l’âge, le niveau social : ces melting pots diffusent l’état d’esprit Wind Valley. Demain, les animations, les fêtes, les grandes manifestations s’imprégneront de cet art de vivre fun. Plus qu’une mode, ce lifestyle sera une expression libérée de la culture Wind Valley.

La Wind Valley est pensée comme un écosystème. Son équilibre repose sur une cohabitation plus harmonieuse et pérenne entre les activités humaines et les biotopes naturels. Comme le monde, la Wind Valley sera ce que nous en ferons ensemble.