Ton silence m’exile
Où s’étiole le monde
Il écorche et jubile
Des heures infécondes

Je chercherai tes yeux
Pour y fondre mon cœur
Toi qui me dis adieu
Lorsque tout te fait peur

Ton silence m’exile
Au cœur de tes errances
Tu me vois délébile
Quand pleuvent les souffrances

Au jour succède un jour
Je voyage immobile
Tes larmes de toujours
Redessinent mon Nil

Ton silence m’exile
Sur les seuils incertains
Où l’absence défile
Et noircit les matins

Je chercherai tes yeux
Pour y fondre mon cœur
Toi qui me dis adieu
Lorsque tout te fait peur

Ton silence m’exile
Au-delà des silences
Et j’accroche à tes cils
Un rêve en déshérence

Mais seul au bout de tout
J’inventerai ce monde
Où la beauté se voue
À faire rire l’onde

Au jour succède un jour